La durée de l’acheminement du courrier

Connaitre la durée de l’acheminement d’une lettre permettrait, par exemple, de déduire la date de rédaction d’une lettre dont la date d’arrivée est connue. Hélas, répondre à cette question, soulève, généralement, toutes sortes de difficultés qui m’interdisent d’y apporter une réponse simple, précise, fiable et étayée.

Les modalités d’acheminement

A défaut de marques postale sur le courrier, il est impossible de dire comment une lettre a été acheminée à son destinataire. Elle peut avoir été confiée à la poste ; elle peut avoir été confiée à un voyageur – empruntant alors les services de transport de personnes. Cette nuance va fortement influencer la durée d’acheminement.

Les sources

La documentation qui permettrait de donner des estimations est rare et peu numérisée ; et j’y ai donc un accès limité.

Les publications existantes traitent souvent de situations particulières très localisées dans le temps ou l’espace. Elles renvoient toutefois parfois à de précieuses archives qui complètent l’histoire nationale du service postal, mais traitent parfois sans distinction du transport de personnes et de l’acheminement du courrier – or, ces deux services partagent les routes et les postes, mais ni les horaires ni la vitesse. De nombreux articles donnent une impression de maîtrise du sujet en assenant des données concrètes, mais elles reposent rarement sur des sources fiables ou complètes.

Au cours du XVIIIe siècle, le réseau routier français s’est densifié, complété et amélioré, les moyens de transport se sont fortement développés et les transports ont gagné en vitesse. Toutefois, cette évolution n’est pas homogène à l’échelle du territoire.

Les sources primaires, c’est-à-dire l’information publiée à l’époque à destination des usagers se développe parallèlement au réseau et à la fréquentation ; avec le temps, ils deviennent plus clairs et plus pratiques, mais, a contrario, les documents de références les plus anciens sont obscurs, incomplets ou perdus.

Il s’ensuit que les informations récoltées pour un lieu et une année donnés ne valent pas nécessairement pour un autre lieu ou une autre année.

Discontinuité

Les trajets les plus longs ne sont pas courus d’une traite : les chevaux doivent être changés, les courriers doivent s’alimenter et se reposer.

En outre, on ne court pas la nuit tombée ; on ne mène donc le courrier et les voyageurs que durant 16 heures, au mieux, au solstice d’été et seulement 8 heures au solstice d’hiver1.

La qualité générale du réseau est mauvaise et les contre-temps (intempérie et avaries) sont nombreux et fréquents.

Le réseau postal

Le réseau postal est lui aussi incomplet : il n’est pas développé de façon homogène sur tout le territoire et ne porte pas les lettres jusque dans chaque hameau. Les lettres arrivent donc dans le bureau le plus proche, à charge pour le destinataire de passer le relever ou le faire relever. Il en découle qu’il peut s’écouler encore un “certain” temps entre l’arrivée au bureau de poste et la lecture par le destinataire.

Une lettre de Condorcet datée d’avril 1771 illustre ainsi les errements auxquels était exposé le courrier : […] Je suis, Madame, dans une petite ville de province où nous n’avons de lettres que deux fois la semaine et où un messager ivrogne les apporte quelques heures, et souvent un jour plus tard qu’il ne devrait2.

L’ordinaire de Paris arrivait à Nancy les lundis, mercredis et samedis. Il en reparlait, venant de Strasbourg, les dimanches, mardis et vendredis. Si on peut déduire la fréquence, on ne peut véritablement déduire la durée de l’acheminement et vu les sources consultées.

Ordres de grandeur

À défaut de mieux, pour l’instant, il faut donc s’en remettre aux ordres de grandeur.

Le repère a minima est le pas humain, à 4 km/h – sans perdre de vue que le courrier peut aussi ne pas avancer. La vitesse la plus haute atteignable à l’époque est celle du cheval au galop, qui ne dépasse pas 25 km/h. La vitesse d’acheminement d’une lettre, quand elle se déplace, se situe entre ces deux bornes. Ce ne sont en rien des vitesses moyennes effective pour les raisons évoquées plus haut.

Pour la poste Paris-Lyon (439 km) « on » dit 2 jours ; Paris-Marseille (750 km) : 4 jours.

Paris-Lunéville : 339 km.  à minimum 13h30 de route. Un 22 décembre, nous avons la nuit la plus longue de l’année : mettons 12h d’arrêt forcé par l’obscurité. Il faut donc certainement 25 heures – hors changement de montures, repas, contre-temps.

Pour les voyageurs, L’indicateur fidèle de 1765 nous donne les informations suivantes.

Départ de Paris, le samedi à 6h du matin arrive à Lunéville… 8 jours plus tard, le dimanche à 11 h. NB. On ne circule pas « la nuit » (à définir en tenant compte des saisons), entre +/- 19h et 4/6 h du matin.

350 km – toujours prendre le trajet à pied.

77 lieues x 4,5 = 346,5 km On est dans les clous.

14h * 8 j. = 112 heures de trajet.

  • 3 km / h : tu vas plus vite à pied !
  • On atteint les 12 km/h grâces aux turgotines dans les années 1770.

Conclusion

Tout cela pour bien explique que la durée d’acheminement est un vrai sujet, un vrai problème, qui dépasse largement les moyens à ma disposition et mériterait une recherche plus complète et systématique.

On note que les indicateurs de l’époque donne des horaires de départ, mais ne s’engage guère sur les arrivées. On lit d’ailleurs souvent que le courrier est attendu ou se fait attendre et J’en viens à me demander s’il existait même un engagement formel sur la durée de l’acheminement au-delà de l’obligation de moyen.

Face à ces difficultés, on ne peut qu’encourager les chercheurs à saisir, quand elles sont connues, la durée d’acheminement ou la date de réception dans leurs inventaires de correspondance. L’accumulation de données permettra de tirer des informations concrètes, réelles et sourcées sur les durées d’acheminement.

Sources complémentaires à exploiter

https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k56990830/f14.item.zoom

https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k15185426/f57.item.r=Claude%20Sidoine%20Michel

https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/cb32769810s/date.r=%C3%89tat+g%C3%A9n%C3%A9ral+des+postes+de+France.langFR

https://books.google.be/books/about/Etat_g%C3%A9n%C3%A9ral_des_postes_de_France_Dres.html?id=gwRt3w8n5HMC&redir_esc=y

https://books.google.be/books/about/%C3%89tat_g%C3%A9n%C3%A9ral_des_postes_de_France.html?id=okowAAAAYAAJ&redir_esc=y

https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k1036980.image

Bibliographie

  • J. Letaconnoux, Les transports en France au XVIIIe siècle, Revue d’Histoire Moderne & contemporaine, 1908, n° 11-2, p. 97-114.
  • Rizzi-Zannoni, Table odographique de la France ou Tableau des distances des principales villes du Royaume à la capitale, & des provinces qui en dépendent, avec le nombre des Postes relatives à Paris comme centre, Paris Desnos, 1762.


Citer ce billet
Eric Vanzieleghem (2024, 3 juin). La durée de l’acheminement du courrier. Histoire du courrier dans l'Europe des Lumières. Consulté le 12 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/11rrf

  1. Pour la durée d’ensoleillement, voir https://www.donneesmondiales.com/europe/france/coucher-soleil.php []
  2. Condorcet à Amélie Suard – [avril 1771] (Paris, Bibliothèque nationale de France, site Richelieu-Louvois / NAF 23639, f. 61-62) ; IDC 2004, dans l’Inventaire Condorcet []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.